Station : le Maire de St Colomban cocufie sa majorité.

Mercredi à midi la convention pour le domaine des Sybelles a été signée par le directeur de l’EPIC de la station de St Colomban  tel que la SATVAC la propose depuis 10 jours à la virgule près.

Ce qui était impossible vendredi soir en Conseil Municipal l’est par miracle devenu 3 trois jours plus tard. Pendant deux heures  vendredi  Pierre Yves BONNIVARD en qualité de Maire et surtout de grand sachant a démontré que la loi Montagne obligeait le Conseil Municipal a se prononcer sur la convention , qu’il était vital pour l’avenir que des modifications soient apportées à cette convention …. Dans cette époustouflante démonstration sa majorité a développé de nombreux arguments : Cédric EMIEUX très agressif qu’on ne pouvait faire autrement si on voulait que la station ouvre, Arnaud FRASSE qu’il fallait que les choses soient claires et carrées, Gilbert POTASSO qu’avec la famille MAULIN il fallait être méfiant , Philippe MARTIN-COCHER que c’était indispensable de modifier comme indiqué par le Maire et Marcel MALBURET qu’on avait assez perdu de temps que c’était ça ou rien . Alors qu’avec bon-sens et réalisme Sandrine RAMOS , Angèle MARTIN-COCHER et Anne-Karine FAVRE-BONTE  leur disaient qu’on se tirait une balle dans le pied si la convention  n’était pas signée. Et Patrick MARTIN-FARDON  pensait qu’il était plus que temps d’arrondir les angles avec la SATVAC pour l’intérêt de la station.

Que s’est-il passé entre le Conseil Municipal  vendredi soir et lundi à la réunion de l’EPIC ? En effet c’est la solution proposée par l’opposition qui a été retenue à savoir l’accord sur la convention et dans un document annexe si la SATVAC est d’accord quelques demandes complémentaires.

Que  Pierre-Yves BONNIVARD (PYB)  avec sa méthode habituelle cocufie sa majorité c’est leur problème, mais une fois de plus les villarins sont passés pour des gens stupides et procéduriers. Une fois de plus la méthode PYB c’est incompétence mensonge tergiversation et au final c’est la vallée qui paie ( affaire Babylone et pénalités à la SATVAC).